AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 -Fondatrice- Amanda Shanice Carter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
A. Shanice Carter
avatarAdmin

Messages : 144
Date d'inscription : 23/08/2011
Age : 28
Localisation :

Me & You
STATUT : Compliqué
RelationShip:
MessageSujet: -Fondatrice- Amanda Shanice Carter   Jeu 8 Déc - 17:10




« Lynn! » Je relevais la tête en grimaçant légèrement en déposant mon regard sur mon frère. J’esquissai un léger sourire avant de me mettre à rire en cachant mes lèvres derrière mon dessin. « Cette idée te viens de ton joueur préféré . » Je le regardai en soufflant, je n’avais pas envie que ma petite sœur se retrouve avec un prénom qui lui viendrait de mon frère et de ses amis. Ils étaient tellement à fond dans le hockey qu’il était prêt à tout y comprit à prendre leur joueur préféré et tout faire pour que notre sœur porte le prénom de se jouer. Je repensai à cette fois où il était arrivé en lâchant le nom de Flynn, le problème fût assez vite réglé par ma mère qui avait décidé que ce prénom de garçon ne conviendrait pas à son futur enfant. « Oui, mais là il est parfait pour une fille. Skye tu sais qu’ils ne prendront pas l’un de nos choix si nous ne sommes pas d’accord. » Je le regardai levant les yeux au ciel, il n'avait pas tort. Je murmurai simplement le nom que j’avais choisi pour ma part: Poppy, il ne lui plaisait que très peu, il était buté et malheureusement je l’étais aussi. « Tu sais très bien qu’il faut éviter à notre future petite sœur l’un des prénoms choisis par maman. » Je regardai ma mère en rigolant, mais après sur ce point j’étais plus que d’accord avec lui, j’avais évité d’hériter d’un prénom ridicule grâce à ma grand-mère. « Je vous entends tous les deux … » Je me levais en accrochant mon dessin de Snoopy sur le réfrigérateur en regardant mon frère qui s’approchait avec moi de notre mère, je souris lorsque j’aperçois de nouveau son ventre qui s’arrondissait de plus en plus, je déposais ma main sur celle que mon frère avait posée sur le ventre arrondi de notre mère. « Il n'a pas tort après tout … » Lâchais-je en souriant.

« Ça va bien se passer, n’est-ce pas . » Je glissais ma main dans celle de mon frère déposant ma tête dans le creux de son cou, j’essayai de contenir mes larmes, mais malgré mes efforts je n’y parvenais pas. Je sentais la pression de sa main sur la mienne, il essayait d’être fort, mais nous étions tous deux inquiets. « Tout ira bien … je te le promets Skye. » J’étais effrayée de ce que j’avais entendu et vu ce soir, ma petite sœur allait arriver, mais quand mon père était parti avec ma mère il n’avait pas l’air si joyeux. Je n’avais jamais vécu de naissance avec eux, mais avec les vidéos prises à ma naissance qui datait maintenant de huit ans, je ne pouvais pas me convaincre que tout allait bien se passer. Je finis rapidement par m’endormir dans les bras de mon frère qui lui du haut de ses onze ans avait veillé toute la nuit. Je m’étais réveillé en sursaut, j’étais seule dans le lit de mon frère. Je déposais les pieds sur la moquette de sa chambre ne cherchant pas à trouver mes pantoufles. « Carter ? » Je descendais les marches avec une légère boule au ventre, j’avais si peur d’appendre quelque chose d’horrible. « Je suis là. » Je me retournais voyant mon frère derrière les fourneaux, je m’approchais regardant la mixture qu’il avait faite. J’aurai du rire en voyant cette dernière, mais rien, je pensais trop à mes parents et ma petite sœur. « Saluuuuuuuuuut Skye … » « Bouh » .Je sursautai sous les cris des amis de mon frère. Matt, Lorenz et James étaient les meilleurs amis de mon frère, les voir séparément était une chose assez rare, pour moi c’était tout simplement trois frères de plus ne vivant que pour le hockey. « Vous avez l’air si joyeux ! » Je sentis la main de mon frère sur mon épaule pendant que je regardais encore les trois autres qui me regardaient aussi. « Tout va bien et j’ai gagné elle s’appelle Lynn. » Je sentis à cet instant la boule s’évanouissait en sentant les bras de ces quatre-là m’entourer. « En vrai vous avez tous les deux gagnés, mais il ne voulait pas te le dire. » Je souris un peu plus en entendant ce que venait de me dire James au creux de l’oreille. « Aie ! » Je me mis à rire en voyant mon frère taper la tête de James qui venait de me dire la vérité. « Elle s’appelle comment alors? Maman comment elle va. » Je regardais Lorenz le plus calme des trois qui n’était pas entrain de chahuter, il était plutôt entrain de faire la grimace en voyant la mixture très épaisse que mon frère avait faite. « Poppy-Lynn. » Je souris à ce dernier qui me répondit, un sourire se dessina assez rapidement sur mes lèvres j’adorai le nom de ma petite sœur.

C’était une grande journée aujourd’hui pour les pompiers de la caserne de mon père et de mon parrain. J’entendais le remue ménage dans le jardin, lorsque j’entendis des bruits de pas devant ma chambre. Je souris me doutant de la personne qui allait franchir cette dernière. « Ma chérie !» Je souris, normalement à cet instant j’aurai trépigné de joie en voyant ma meilleure amie franchir le seuil de ma porte, mais j’étais comme inerte et perdue. « Hey, toi comment ça va? » Je faisais une piètre meilleure amie quand j’étais tracassée par quelque chose. Je me levais faisant mine de replacer mes cheveux qui était déjà parfaitement noué dans une queue-de-cheval que j’avais rapidement faite après avoir peigné Poppy-Lynn. « C’est moi ou ta chambre est glaciale? Ça va faire deux mois que l’on s’est pas vus et j’ai l’impression de ne pas t’avoir manqué. » Je soufflais essayant de ne pas me faire repérer par Talia. Je détournais la tête en direction de la fenêtre pour regarder la cabane qui se tenait dans l’arbre devant ma chambre. Notre cabane. L’endroit où mon frère et mes trois frères adoptifs n’avaient pas accès, je souris m’efforçant de cacher que ce dernier était forcé. « Je suis fatiguée Talia, mais tu m’as manqué et j’ai vraiment hâte que nos parents se décident à te faire revenir et t’enlever de ce pensionnat. » Je m’approchais d’elle me jetant dans ses bras après tout c’était ce qu’elle attendait de moi. Je l’embrassais sur la joue quand je voyais mon père entrer dans ma chambre. « Mesdemoiselles, il est l’heure de rejoindre le parc pour le repas annuel des pompiers. » Je souris à mon père en voyant ma sœur grimper sur son dos. Je sentis la main de Talia se faufiler dans la mienne me laissant un léger sourire, ce dernier était vrai, mais j’avais toujours le cœur serré et l’estomac noué de ce que j’avais pu observer la veille. Je m’installais en voiture silencieusement comparé à tous les autres qui rigolaient et chahutaient, j’étais comme ailleurs, mon regard scrutait les rues de Londres essayant de trouver une réponse à ma question. Le repas de fête pour les pompiers avait comme chaque année attirée du monde que ce soient des personnes ayant été sauvés par des pompiers ou encore des personnes étant fier du travail qu’ils accomplissaient. J’étais fière de mon père il était mon héros en quelque sorte, mais aujourd’hui je n’avais pas eu le courage de le prendre dans mes bras, en réalité je n’avais pris personne dans mes bras. « Depuis quand, tu nous caches des choses. » Je me retournai en sursautant en entendant la voix de James. Je souris sans grande conviction. « Que se passe-t-il ? » Je le regardai en souriant pour lui faire plaisir, à la vue de mon sourire il embrassa mon front. Il était certainement le plus narcissique de la bande de mon frère, mais il était aussi très protecteur envers moi et Poppy tout comme l’était la petite bande de mon frère. J’avais une immense famille en réalité et je ne m’imaginais pas vivre sans tout ce beau petit monde. « Juste quelque chose qui me tracasse. » Je déposais mon regard dans le sien en souriant essayant de passer au-dessus de ce que j’avais vu chez Éden, mais j’y parvenais pas, je n’avais pas réussi à fermer l’œil de la nuit, je pensais au coup qui s’était abattu sur lui et les cris qu’il avait lâchés hier. « Attends. » Je retenais James j’avais besoin de parler et je ne voulais pas gâcher la fête de Talia, normalement je lui aurai tout dit, mais depuis neuf mois sa vie avait déjà changé lorsque sa mère mourut du cancer et s’était pour ça qu’elle n’avait pas atterri avec moi au collège son père qui n’était autre que mon parrain avait décidé de l’éloigner de Londres et de la mettre dans un internat en France. Je m’approchais de James en souriant me blottissant dans ses bras quand je sentis une main se poser sur ma tête. « Que se passe-t-il ? » Je me retournai voyant mon frère et les deux autres garçons. « Vous feriez quoi si l’un de vos amis serait en danger, mais que vous pouvez rien faire et encore moins le défendre. » Je les regardai un à un sentant leurs désarrois. Je me disais que si eux n’avaient pas la réponse, je n’allais pas savoir quoi faire. « Moi je le dirais à nos parents. » Je souris à la remarque de Lorenz, il n'avait pas tort, j’y avais pensé, mais je n’avais pas sauté le pas et je les remerciais rejoignant mon père pour délivre le secret que je portais depuis seulement une quinzaine d’heures espérant délivrer Éden de son propre calvaire.

Le soir même de la révélation que j’avais faite à mon père, j’appris que mon père avait fait le nécessaire pour qu’Éden soit mieux traité. Je rentrais dans la chambre de mon frère où il s’y trouvait avec les trois autres, je souris timidement en les regardant un à un. « Vous voulez pas venir avec moi voir comment il va ? » Je les regardai laissant une larme couler le long de l’une de mes joues. Je les voyais se regarder sûrement parce que mes parents m’avaient interdit dis aller, je les suppliais du regard, mais tous baissèrent la tête, je secouais la tête déçue. « Merci, j’avais oublié à quel point vous étiez courageux. » Je me retournais pour partir. « Attends. » Je déposais mon regard sur Matt, levant les yeux au ciel quand les trois autres le frappèrent. « Quoi ? Vous avez je vais y aller sans vous et s'il m’arrive quelque chose ça sera votre faute. » Je n'étais pas espiègle en temps normal, mais j’avais besoin de voir par moi-même comment se portait mon ami. Je sortais de la chambre furieuse en claquant la porte de sa chambre. Je pris mon vélo commençant à pédaler sous la pluie qui venait de commencer à s’abattre sur la capitale de l’Angleterre. Je pédalais rapidement sans prendre la peine de faire attention aux personnes se trouvant sur le trottoir, je n'avais pas eu envie de me risquer à faire du vélo sur la chaussée au beau milieu des voitures. Je lâchais mon vélo sur le trottoir en arrivant devant chez lui, il y avait des policiers partout et y comprit une dame qui emmena sa sœur dans une voiture. Éden était là perdu, je m’approchais de lui espérant qu’il allait bien , j’ouvrais mes bras pour le prendre contre moi, mais la réponse que j’eus fût différente de celle que j’attendais. « Je n’ai plus de sœur et tout ça c’est ta faute ! » Je le regardai sans un mot sentant mon cœur se soulever sous ses mots, je serrais les poings le regardant espérant que j’avais simplement mal entendu et que je me faisais une idée, Éden ne me détestait pas. « Je te le pardonnerai jamais. » Je ne m’étais pas trompée et j’avais très bien entendu la première fois, il me haïssait alors que je voulais simplement l’aider. Je me retournais pour prendre mon vélo et m’en aller, mais je n’avais pas pédalé pendant plus de deux minutes que je vis au loin mon frère et ceux qui étaient comme des frères pour moi. À la vue de ces derniers , je m’écroulai sur le bitume inondé d’eau pleurant. Je sentis les garçons me relever pour me ramener à la maison. Ils ne m’avaient pas posé de questions me laissant m’endormir dans les bras de Morphée. Je venais de perdre un ami d’enfance, j’allais vite comprendre qu’il était plus.

Je me trouvais dans mon lit comme tous les jours, je n’avais plus le goût de sortir. Je ne me battais plus pour qu’il accepte de me parler. J’essayais au début en m’excusant, mais il n’avait fait que m’ignorer me laissant avec mes remords. J'avais voulu le protéger, j’étais loin de m’imaginer qu’avec ça j’allais perdre mon ami. Un ami ? Il était plus que ça en réalité, mais en le voyant s’éloigner de moi j’avais compris, mais je ne pouvais rien faire pour que tout soit pareil. Je fermais les yeux m’allongeant au-dessus de la couverture. J’avais froid, mais je voulais souffrir espérant oublier le plus vite possible la douleur qui m’envahissait à chaque fois que je pensais à lui. Je n’y parvenais pas et cela faisait un an et demi qu’il ne m’avait plus rien dit depuis la nuit où il perdit sa sœur. « Skye lève-toi, maintenant! » Je ne pris même pas la peine d’ouvrir les yeux restant dans la pénombre de mes paupières. Je sentais le mécontentement de mon frère monter. Je n’avais plus le goût de rien, j’étais devenue une autre personne sans lui et je pouvais comprendre que personne dans mon entourage n’aimait ça, car moi-même je haïssais ce que j’étais devenue. Lorsqu’il sortit de ma chambre en claquant ma porte, je me recroquevillais sur moi-même pour m’endormir. Je n’avais fermé les yeux que pendant une heure, je me levais pour prendre les antidépresseurs que m’avait prescrits mon médecin, j'étais traitée que depuis trois mois, car mes parents voulaient que je m’en sorte seule et sans aide, pour eux ce n’était qu’un caprice de jeunes adolescentes, mais c’était tellement plus. « Putain, tu fous quoi là Skye? Dis-moi! » Je me redressais en regardant Talia dans les yeux, je la voyais en pleurs et je ne pouvais rien faire pour elle, je n’étais pas en forme pour consoler quiconque. « C’est moi qui viens de perdre mon père et c’est toi qui es là dans ce maudit pyjama entrain de te morfondre, bouge-toi .Je te hais Skye, tu n’es plus la même. » Ce qu’elle me disait ne m’atteignais pas pourtant je sentais un léger pincement au cœur en entendant ses mots si crus. On était les meilleures amies au monde ,mais j’avais plus la force de sourire … alors qu’après tout c’était elle qui avait une vie pourrie en ayant perdu ses parents et sa meilleure amie qui faisait tout pour se détruire.

Je chantonnais dans ma chambre tout en m’habillant. J’avais retrouvé le sourire depuis qu’Éden avait accepté de me reparler, j’avais mis un petit moment avant d’être sûre d’aller mieux, mais c’était à présent le cas. « Quoi ? » Je souris en regardant Carter qui se tenait dans l’encadrement de ma porte de chambre. Je m’approchais de lui pour embrasser Poppy- Lynn qui était devenue une jolie petite fille. Je souris en sentant mon frère faire la même chose. « tu m’as manqué. » J’avais prisprit conscience que j’avais blessé beaucoup de monde en me laissant aller, mais j’étais mal sans celui qui était devenu mon petit ami. « Je suis désolée … au fait en retard pour avoir été pris dans l'équipe professionnelle d'Hockey. » J’avais loupé beaucoup de choses, j’étais présente pourtant, mais je n’arrivais pas à fêter les choses importantes pour tous. Je pris la main de ma petite sœur pour descendre dans le jardin où un petit repas était prévu pour les pompiers. Il manquait la famille Stylinson. Talia n’était pas revenue depuis un an, je n’avais pas eu le courage de la rejoindre et de m’excuser de tout ça. Je l’avais lâché au pire moment de sa vie, elle était à présent seule et vivait à Los Angeles avec l’une de ses tantes. Cette journée se déroula assez bien, j’avais profité de ma famille, mais aussi des personnes qui étaient proches de moi et qui faisaient partie de ma famille comme la bande de mon frère. Pendant toute la journée j’avais envie de dire quelque chose, mais j’avais réussi à garder ça pour moi histoire de l’annoncer qu’à ma famille proche. J’aidais ma mère à ranger la cuisine quand je remarquai qu’on était enfin tous réunis. « J’ai quelque chose à vous dire. » Je m’approchais de la fratrie de mon frère avec ma sœur suivit de ma mère et de mon père. Je les regardai tous en souriant. « Je voulais m'excuser pour toutes les fois que je vous ai déçu ou encore rejeté. » Je souris déposant ma main sur mon ventre en souriant. « Et je voulais vous dire que je vais me marier. » Je ne savais pas comment ils allaient le prendre, mais j’espérais que comme d’habitude ma famille serait unie et heureuse. J’avais accepté la demande plus qu'incongru d’Éden. Il avait fait semblant d’être bourré pour me faire sa demande et pour ne pas me retrouver bête après la soirée au cas où que ce n’était pas ce qu’il désirait je fis pareille espérant que ce n’était pas juste une envie d’homme bourré. « N’importe quoi ! » Je me retournai en entendant mon père crier. « Tu fais n’importe quoi Skye là. » Je crois que cette nouvelle ne fis plaisir à personne ni même à mon frère et sa fratrie. Je les regardais un à un en passant par le visage meurtri de ma mère, le visage colérique de mon père et les visages déçus de mes frères. « Non, je suis amoureuse et heureuse. » Mon père m’attrapa par le bras et me regarda dans les yeux. « Tu es trop jeune pour ça. »


<




_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://<center>http://4000-brisbane.forumgratuit.org</c
 

-Fondatrice- Amanda Shanice Carter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Taking Chances  :: ♦ PRÉSENTATION EN COURS-